Gustavsberg

La manufacture de céramique Gustavsbert est fondée en 1825 à Gustavsberg, sur l'île de Värmdö, dans une ancienne briquetrie. Dans un premier temps, elle produit des pièces décorées de sobres motifs de fleurs peints à la main; à la fin des années 1830, elle adopte de nouvelles techniques venues d'Angleterre, dont la décalcomanie. A cette époque, Gustavsberg fabrique aussi de la porcelaine fine à base d'argile importée des Cornouailles, et fait appel à des ouvriers spécialisés. Les motifs de cette époque sont très proches de ceux de la céramique anglaise.


L'histoire voudrait qu'un des propriétaires de l'entreprise ait apporté clandestitement les plaques de cuivre d'Angleterre dans une valise à double fond... Quoi qu'il en soit, Gustavsberg va rapidement devenir célèbre et ses figurines, elles aussi inspirées de modèles anglais, reçoivent une médaille d'or à l'Exposition universelle de Paris en 1867.


Au milieu des années 1860, l'entreprise se lance dans la production de pièces d'art et d'articles pour la table, mais l'accueil est plutôt froid, et les critiques crient au mauvais goût. La direction réagit en décidant de produire des céramiques d'esprit authentiquement suèdois, et demande à August Malmström (1829-1901) et Magnus Isäus (1841-1890) de dessiner des objets de style viking.


En 1900, la manufacture, dirifée alors par Wilhelm Odelberg, emploie un milier de personnes. Elle fabrique de délicates céramiques peintes créées par Gunner Wennerberg dans le style Art nouveau. Plus tard, elle subira l'influence de l'union suédoise des métiers d'art et du design industriel. L'Union, fondée en 1845, va gagner peu à peu se laisser gagner par l'esprit de Deutscher Werkbund et l'alliance entre art et industrie. Son credo, Vackrare Vardagsvara ! (de beaux objets pour tous les jours !), est repris par Wilhelm Kage, nommé directeur artistique de Gustavsberg en 1917.


Pendant l'ère Kage, c'est-à-dire dans les années 1920 et 1930, la production de la manufacture porte l'empreinte du mouvement moderne. Ainsi, la vaisselle empilable de Kage, Praktika (1933), extrêmement utilitaire, traduit l'approche fonctionnaliste du design alors prönée par l'avant-garde européenne.


En 1937, Kage dessine un service moins austère et plus populaire, Gra ränder, qui annonce les formes organiques si emblématiques du design scandinave. La même année, Gustavsberg est vendue à l'Union des coopératives d'achat suédoise et l'entreprise est modernisée. Deux ans plus tard, elle élargit ses activités aux équipements sanitaies et, en 1945, aux objets en plastiques.


En 1949, Stig Lindberg succède  à Wilhelm Kage au poste de directeur artistique. Sous sa direction, Gustavsberg produit à la fois des produits industriels et des pièces d'art en série limitée.


Dans les années 1970, Jan Landqvist et Sven-Eric Juhlin (né en 1940), fondateur de Ergonomi Design Gruppen, dessinent des accessoires sanitaires et des articles en plastique destinés essentiellement aux institutions. En 1980, Karin Björquist (née en 1927) succède à Lindberg, et en 1987, Gustavsberg est vendue à la société finlandaise Wärtsila. L'entrerpsie est ensuite scindée en trois petites sociétés qui continuent de fabriquer des céramiques dans la vieille usine.


Depuis 2000, elle fait partie du groupe Villeroy & Boch, et s'est spécialisée dans le design et la fabrication d'équipement sanitaires.

+ 33 (0)1 43 33 20 12